Le balcon idéal par Thierry Halgand

Le 30/04/2013

moore

Quand on habite en ville, avoir un balcon est une vraie chance de profiter de l’extérieur et de cultiver son goût des plantes. Mais même le plus petit rebord de fenêtre doit s’agencer dans les règles de l’art si l’on veut que le résultat soit joli et durable. Pour réussir cet aménagement extérieur, que vous ayez un tout petit ou un très grand balcon, nous avons demandé à un spécialiste quelles étaient les principales règles à respecter. Thierry Halgand, le directeur de l’atelier de design paysager Balcoon, nous explique comment s’y prendre pour un aménagement de balcon idéal.

Les règles générales pour aménager un balcon


Directeur de l’atelier Balcoon fondé en 2006, Thierry Halgand associe paysagistes et designers pour concevoir et réaliser l’aménagement de terrasses et balcons. L’atelier propose des palettes végétales thématiques spécifiquement adaptées à la vie en bacs, en milieu urbain. Des offres, aux noms poétiques directement inspirés du bestiaire de nos jardins (libellule, coccinelle…) et adaptées à toutes les situations et configurations.

Thierry Halgand nous explique aujourd’hui comment aborder ce type d’aménagement extérieur, du plus petit balcon à la plus grande terrasse.
www.balcoon.fr


Thierry Halgand : « Aucun balcon n’est identique à un autre. Dans un même bâtiment, les hauteurs, les vues, les vis-à-vis et les orientations varient forcément d’un logement à l’autre. La première chose à faire est donc un état des lieux personnalisé.

Bien sûr on regarde la forme et l’espace disponible. Mais il faut aussi tenir compte du vent ou de l’ensoleillement, qui n’est d’ailleurs pas seulement une question d’exposition car un balcon peut-être bien orienté, mais enclavé dans un environnement urbain très dense.

Il faut aborder le contexte d’ensemble, regarder les vis-à-vis, les vues intéressantes et celles qu’il faudra masquer. Enfin la pièce par laquelle on accède au balcon est également très importante car on envisagera pas cet espace de la même façon depuis une chambre, une cuisine ou encore un salon.

Car il convient ensuite de déterminer les ambiances et les fonctions de cet aménagement extérieur. Plus on a d’espace, plus on pourra cumuler les destinations, mais quelle que soit la place disponible, il s’agira toujours de créer un décor. On peut d’ailleurs parfaitement choisir de n’attribuer aucune fonction à une très grande terrasse en l’abordant uniquement comme un tableau végétal et décoratif.

C’est essentiellement une question de goûts, on peut choisir une atmosphère très marquée ou beaucoup plus discrète. On peut également s’attacher à prolonger l’aménagement intérieur du logement par un jeu de couleurs ou de matériaux en choisissant par exemple des lames de terrasses appropriées.

Si l’arrosage automatique assure à 80 % la survie des végétaux, il faut néanmoins tenir compte des capacités d’entretien par le propriétaire. Est-il souvent sur place ? A quelle fréquence pourra-t-il s’occuper des plantes sélectionnées.

Enfin, l’aménagement d’un balcon doit évidemment respecter un certain cadre réglementaire. Il y a d’abord une charge maximale autorisée de 250kg par m2. Il faut aussi assurer la parfaite étanchéité de son installation en préservant un accès pour que des contrôles puissent être effectués. Mais il peut aussi y avoir certaines contraintes spécifiques indiquées dans les règlements de copropriété concernant les stores ou les modifications de la façade par exemple. »

Aménager un tout petit balcon


Thierry Halgand : « Moins on a de place, plus il est difficile d’envisager une autre fonction que celle de décorer. Mais même dans un tout petit balcon, on aura parfois la possibilité de mettre une chaise. Dans un environnement étroit, il faudra commencer par chercher à limiter l’emprise au sol et à marquer les extrémités. Quand c’est possible, on peut utiliser des balconnière à fixer directement sur la rambarde. On peut aussi utiliser le cadre autour d’une porte ou d’une fenêtre  pour y faire grimper une plante.

Dans un tout petit balcon, il y a 2 cas de figures principaux : si l’on veut y accéder, il faut dégager l’emprise au sol en choisissant plutôt des pots en colonne le moins larges possibles, mais assez profonds pour pouvoir y planter des arbustes. Si on ne veut pas y accéder, on peut choisir de plus gros bacs, en veillant tout de même à dégager au moins 50x50 cm pour assure l’entretien.

Enfin, il faudra se poser la question de la lumière et des vues. Si on ne choisit des végétaux caducs, la lumière sera filtrée même en hiver, ce qui est toujours dommage. Mais dans les cas de vis-à-vis importants, un décor végétal persistant peut résoudre le problème. »

Aménager un balcon classique

Thierry Halgand : « C’est le cas de figure le plus fréquent, celui du balcon où l’on a tout juste la place d’installer une table et quelques chaises. Mais là encore, il faut commencer par trouver où mettre les bacs, car dans un espace restreint, il faudra trancher entre les meubles et les plantes. Je préfère toujours commencer par les contenants car il y a une grande variété de formes et de tailles qui permettent de s’adapter à toutes les configurations d’espaces. Si on veut des plantes d’un certain gabarit, il faudra tout de même prévoir des bacs d’une certaine taille. C’est de la taille des contenants que va découler le reste de l’aménagement en veillant tout de même à ne jamais encombrer les accès.  D’ailleurs il faut aussi prévoir des espaces de circulation et faire attention à ne pas surcharger ou encombrer l’espace. Le vide est aussi important que le reste.

Dans un balcon de taille moyenne, il faudra donc parfois prévoir des astuces pour limiter l’emprise au sol, en choisissant par exemple un parasol mural dépliant qui peut s’avérer très utile pou un encombrement minimal. »


Aménager un grand balcon


Thierry Halgand : « Quand on dispose d’un balcon suffisamment grand, on peut commencer à structurer l’espace en marquant les emplacements de plusieurs façons possibles. On peut ainsi segmenter les revêtements de sol ou compartimenter avec des cloisons, mais aussi utiliser les pots pour délimiter des fonctions précises sur son balcon.

En structurant ainsi l’espace, on donnera en outre l’impression qu’il est encore plus grand qu’il ne l’est en réalité.

Pour optimiser vraiment la place, il est également recommandé de choisir un mobilier modulaire qui puisse s’adapter à différentes situations. On peut par exemple opter pour un meuble qui fasse à la fois office d’assise et de rangements. »

Aménager un balcon géant

Thierry Halgand : "Quand on a vraiment beaucoup de place, on peut alors cumuler certaines fonctions mais aussi des ambiances différentes. Et là encore, il faudra prendre soin de les marquer, à l’aide de certains agencements ou éléments meublants. On peut prévoir un coin pour manger, un autre pour se détendre, ou encore un espace de sport, une cuisine d’extérieur ou même un jacuzzi à condition de prendre garde à la charge de celui-ci. On peut aussi prévoir un espace de jeux pour les enfants, mais là aussi, il est impératif de sécuriser l’endroit.

Pour l’ambiance, on peut faire le choix de l’unité ou proposer plusieurs atmosphères selon la fonction envisagée. Mais plus le balcon est grand, plus on aura l’opportunité de s’affranchir de l’aménagement intérieur en composant une partition autonome.


L’entretien d’un balcon

Thierry Halgand : "L’entretien est un critère indispensable de la durabilité d’un balcon aménagé. Le point de départ, c’est un arrosage automatique fiable et digne de ce nom, mais ça ne fait pas tout. D’une manière générale, il faut compter au moins 4 gros rendez-vous dans l’année : le premier en mars où l’on remet en route l’arrosage automatique, on fait de petite tailles et on rabat les graminées. Le second et le troisième en juin et en septembre où l’on ajuste la fréquence de l’arrosage, on élimine les mauvaises herbes et les fleurs fanées et on remet du paillage pour protéger les plantes de la chaleur. Le dernier en novembre où l’on prépare le balcon pour l’hiver en taillant ce qui doit l’être et en mettant des voiles pour protéger certaines plantes du froid. Mais l’idéal, c’est quand même d’intervenir au moins une fois par mois, notamment pour surveiller les maladies ou les insectes dont les traitement peuvent nécessiter des passages quotidiens.

Quand nous procédons à l’aménagement d’un balcon, nous donnons à nos clients une série de consignes personnalisées, mais nous leur proposons aussi des forfaits d’entretien à la fréquence qui leur convient."

Source: http://www.marieclairemaison.com




Article précédent

Article suivant

Abonnez-vous

Recevez toute nos actualités et bons plans sur votre boite mail.

shad

Partagez

Suivez l'actualité sur nos réseaux sociaux.

shad
publicité
publicité
publicité